Federal Alliance of European Federalists

S S S EUROPE - UN APPEL À UN APPEL À L'UNITÉ

POUR L'ÂME DE L'EUROPE ET LA VIE ET LES MOYENS DE SUBSISTANCE DE MILLIONS D'EUROPÉENS

Des décisions cruciales sont prises à des moments critiques et changent le cours de l'histoire. Nous appelons à un bond en avant dans l'histoire européenne par la création d'une Fédération européenne, initialement entre les pays et les peuples qui se trouvent actuellement mal servis par l'Union européenne à un moment où ils en ont cruellement besoin. Nous voulons que le projet d'unification européenne réussisse. Pour ce faire, il doit prendre en compte les intérêts et les approches de tous les pays participants. Si au moins 9 pays de l'UE rejoignent la Fédération, celle-ci pourra être légalement reconnue comme une "forme de coopération renforcée" en vertu du traité de Lisbonne de l'UE, créant ainsi un noyau fédéral au sein de l'UE.

Autres langues

Italiano

Ελληνικά

Français

Português

Español

Alors que la pandémie de Covid-19 continue de se propager dans le monde, causant mort et destruction économique, une autre bataille fait également rage : une bataille pour l'âme de l'Europe.

Dans les pays de l'UE les plus durement touchés par la maladie, le sentiment est largement répandu que la solidarité et le leadership européens ne sont que des mots grandiloquents qui ne se traduisent pas par des actions concrètes lorsque cela est le plus nécessaire. Malgré quelques exceptions notables, la vérité est que chaque pays a été laissé à lui-même, sans soutien des frères et sœurs de l'UE, ce qui montre la fragilité du projet européen.

Ce qui est encore plus dommageable, c'est qu'alors que l'économie est pratiquement à l'arrêt en raison du verrouillage rendu nécessaire par le virus, certains partenaires de l'UE refusent d'envisager l'émission de "coronabonds" pour injecter des liquidités dans le système dans toute la zone euro. Les gouvernements sont donc livrés à eux-mêmes, privés d'un outil fondamental de politique publique : la régulation de la masse monétaire et la mise en place de plans de relance de l'économie. Un projet fondé sur la méfiance et le manque de solidarité, des arrangements qui ne profitent qu'à une partie et non à l'ensemble, ne peut durer longtemps.

Nous lançons donc un avertissement sévère quant à l'avenir du projet européen et appelons les dirigeants des États membres et des institutions centrales de l'UE à s'asseoir, en pleine conscience de leurs responsabilités historiques, et à élaborer un plan qui profitera à tous les citoyens européens. tous les pays et citoyens européens. Cela aurait dû se faire hier mais ne peut pas attendre demain.

Nous appelons les dirigeants des 14 États membres de l'UE actuellement en faveur des "euro-obligations" - France, Italie, Espagne, Belgique, Grèce, Portugal, Slovaquie, Irlande, Lituanie, Slovénie, Lettonie, Estonie, Chypre et Luxembourg - avec le soutien de tout autre pays de l'UE partageant les mêmes idées, à prendre des mesures immédiates pour établir une Fédération européenne par l'adoption d'une Constitution fédérale. En unissant ainsi ses forces et en créant des institutions d'une réelle unité et d'un soutien mutuel, une telle Fédération sera en mesure de parler d'une seule voix au Conseil européen et vis-à-vis des autres institutions de l'UE, y compris la Banque centrale européenne et même le reste du monde.

Dans une fédération correctement structurée, une Constitution fédérale garantit une division claire entre les pouvoirs des organes fédéraux et les pouvoirs des États membres souverains. Un organe fédéral central ne s'occupe que de la intérêts communs de tous les États membres et les citoyens (droits civils, protection de l'environnement, problème du changement climatique, crise des migrants, politique étrangère/défense, monnaie commune et, bien sûr, urgences telles que l'actuelle pandémie de Covid19). Dans tous les autres domaines, les États membres resteront souverains, conservant leurs propres institutions, traditions, etc. Pas d'opt-out, pas de place pour les égoïsmes nationaux partisans.

Nous espérons qu'à terme, tous les pays de l'UE accepteront de rejoindre une entité politique plus soudée de ce type. Pour l'heure, toutefois, les pays actuellement les moins bien servis par les approches et les politiques de l'UE devront être ceux qui donneront naissance à la Fédération et négocieront le changement.



31 mars 2020

Leo Klinkers, Président et co-fondateur de F.A.E.F. (Federal Alliance of European Federalists) ;

Lorenzo Sparviero, cofondateur du F.A.E.F. (Alliance fédérale des fédéralistes européens) ;

Michel Caillouët, cofondateur du F.A.E.F. (Alliance fédérale des fédéralistes européens) ;

Catherine Guibourg, cofondatrice du F.A.E.F. (Alliance Fédérale des Fédéralistes Européens) ;

Peter Hovens, cofondateur du F.A.E.F. (Alliance fédérale des fédéralistes européens) ;

Mauro Casarotto, Secrétaire et co-fondateur de F.A.E.F (Federal Alliance of European Federalists) ;

Georgios Kostakos, FOGGS (Foundation for Global Governance and Sustainability), directeur exécutif ;

Martina Scaccabarozzi, + Europa Milano ;

Koen van Bremen, Federalism for Peace ;

Francesco Paolo Sgarlata, directeur d'Europe Today.

>
fr_FRFrançais