Federal Alliance of European Federalists

SOS EUROPE - UN APPEL À L'UNITÉ

POUR LE SALUT DE L'EUROPE ET LA PRESERVATION DE LA VIE ET DES MOYENS D'EXISTENCE DE MILLIONS D'EUROPÉENS

Les décisions critiques sont prises à des moments clés et peuvent changer le cours de l'histoire. Nous appelons à un bond en avant dans la destinée de l’Europe en permettant la création d’une fédération européenne, initialement entre les pays et les peuples qui se trouvent actuellement mal desservis par l’Union européenne à un moment où le besoin d’Europe est si important. Nous souhaitons que le projet d'unification européenne réussisse. Pour ce faire, il doit tenir compte des intérêts et des approches de tous les pays participants. Si au moins 9 pays de l'UE adhèrent à une Fédération, elle peut être légalement reconnue comme une « forme de coopération renforcée » en vertu du traité de Lisbonne de l'UE, créant ainsi un noyau fédéral au sein de l'UE.

Alors que la pandémie de Covid-19 continue de se propager dans le monde, causant mort et destruction économique, une autre combat a également cours : un combat pour le salut de l'Europe.

 

Dans les pays de l'UE les plus durement touchés par la pandémie, le sentiment est répandu que la solidarité et le leadership européens ne sont que des mots trop vides de sens, qui ne se traduisent pas en actions concrètes lorsque cela est le plus nécessaire. Malgré quelques exceptions notables, la vérité est que chaque pays a été laissé à lui-même, sans le soutien des autres pays de l'UE, ce qui montre la fragilité du projet européen.

 

Ce qui est encore plus préjudiciable, alors que l'économie est pratiquement au point mort en raison du confinement nécessaire pour stopper la pandémie, certains partenaires de l'UE refusent d'envisager l'émission de «coronabonds» qui permettraient d’injecter des liquidités dans le système financier,  dans toute la zone euro. Ainsi, les gouvernements individuels sont livrés à eux-mêmes, privés d'un outil de base de la politique publique - la régulation de la masse monétaire et la mise en place de plans de relance pour l'économie. Un projet bâti sur la méfiance et le manque de solidarité, des arrangements qui ne profitent qu'à une partie et non à l'ensemble, ne peuvent pas avoir d’avenir.

 

Nous formulons donc une demande solennelle concernant l’avenir du projet européen et demandons aux dirigeants des États membres et aux institutions centrales de l’UE d'assurer la pleine réalisation de leurs responsabilités historiques et d'élaborer un plan qui bénéficiera à tous les pays européens et citoyens. Cela aurait dû se produire hier, mais ne peut plus dorénavant être reporté à demain. Nous appelons les dirigeants des 14 États membres de l’UE actuellement en faveur de l’euro-obligation– France, Italie, Espagne, Belgique, Grèce, Portugal, Slovaquie, Irlande, Lituanie, Slovénie, Lettonie, Estonie, Chypre et Luxembourg - avec le soutien de toute autre pays membre de l'UE partageant les mêmes idées de prendre des mesures immédiates pour créer une Fédération européenne, en adoptant une Constitution fédérale

 

En unissant ainsi nos forces et en créant des institutions favorisant

l’unité et le soutien mutuel, une  fédération sera en mesure de parler d’une seule voix au Conseil européen et dans toutes les autres institutions de l’UE,

la BCE et  le reste du monde.

 

Dans une Fédération bien structurée, une Constitution fédérale garantira une division claire entre les pouvoirs des organismes fédéraux et les pouvoirs des États membres souverains. Le niveau fédéral ne s’occupera que des intérêts communs de tous les États membres et citoyens (droits civils, protection de l’environnement, le problème du changement climatique, réfugiés, la politique étrangère / défense, la monnaie commune et, bien sûr, les urgences pandémie actuelle de Covid19). Dans tous les autres domaines, les États membres resteront souverains, conserveront leurs propres institutions, traditions, etc. Pas d’opt-out, pas de place pour les égoïsme.



31 mars 2020

Leo Klinkers, Président et co-fondateur de F.A.E.F. (Federal Alliance of European Federalists);

Lorenzo Sparviero, co-fondateur de F.A.E.F. (Federal Alliance of European Federalists);

Michel Caillouët, co-fondateur de F.A.E.F. (Federal Alliance of European Federalists);

Catherine Guibourg, co-fondateur de F.A.E.F. (Federal Alliance of European Federalists);

Peter Hovens, co-fondateur de F.A.E.F. (Federal Alliance of European Federalists);

Mauro Casarotto, Secrétaire et co-fondateur de F.A.E.F. (Federal Alliance of European Federalists);

Georgios Kostakos, Directeur de FOGGS (Foundation for Global Governance and Sustainability);

Martina Scaccabarozzi, + Europa Milano;

Koen van Bremen, Federalism for Peace;

Francesco Paolo Sgarlata, Directeur de Europe Today.

>